Le racisme dans la prise en charge d'une grossesse imprévue

Comme tout domaine qui mêle relations humaines et gestes techniques ou sciences, la médecine et le travail social ne sont pas épargnés par le racisme. Ce dernier peut être extériorisé ou intériorisé, mais il est présent, indépendamment parfois de la bonne volonté de la plupart des soignants. Et souvent, il peut signifier une perte de chances dans les soins ou dans une prise en charge efficace et adaptée.

Vous êtes donc parfaitement légitime à vous inquiéter de cette problématique et à chercher des moyens de vous en défendre.

Les biais racistes dans la prise en charge d'une grossesse entravent les soins

Prise en charge

Dans le contexte d'une grossesse et encore plus quand celle-ci est imprévue, on peut craindre une prise en charge médicale et/ou sociale empreinte de racisme.

Certains préjugés peuvent très directement influer sur la qualité des soins. D'autres vont plus subtilement modifier le regard des soignants sur le ressenti, le vécu et les problématiques  de la personne racisée enceinte. Dans tous les cas, cela peut envenimer la relation de soins ou empêcher un accès à des aides sociales adaptées.

Le "syndrome méditerranéen", un exemple de déni de soins

L'un des biais racistes les plus commus en médecine, c'est le syndrome méditerrannéen, c'est-à-dire la croyance que les persones racisées simulent ou exagèrent largement l'expression de leur douleur.  Ce serait une attitude ancrée  culturellement. Cette croyance ne se base bien entendu sur aucune réalité éprouvée.

C'est d'ailleurs d'autant plus absurde que beaucoup de personnes racisées sor nées et ont été éduquées dans la culture française.

Cette notion sans fondement est souvent employée de manière informelle entre soignants quand une personne racisée se plaint un peu bruyamment d'avoir mal. Le fait d'utiliser un terme pseudo médical pour mépriser ou nier une douleur est intolérable à plusieurs titres.

 

D'une part, la douleur est par essence un ressenti subjectif qui se manifeste différemment pour chaque personne. Le vécu, l'état de santé, les codes sociaux intériorisés sont autant de facteurs qui jouent sur notre façon d'exprimer qu'on a mal. Personne ne peut donc dire à notre place si on a mal, ni à quel point.

La règle est simple : si vous  manifestez une douleur, on doit tout mettre en oeuvre pour vous soulager.

 

La seconde raison pour laquelle l'adhésion à cette théorie raciste est dangereuse, c'est que la douleur peut être l'un des signaux perceptibles d'un problème de santé ou d'une dégradation de celle-ci. Négliger ce symptôme peut conduire à une mise en danger de la personne soignée faute de prise en charge correcte. A noter au passage que dans le cadre d'une grossesse, le risque peut exister autant pour la personne enceinte que pour le foetus.

Les préjugés sociaux

Nous vivons dans une société où les personnes racisées ont souvent du mal à accéder au travail (surtout aux postes à responsabilités), au logement ou même au respect de leurs droits fondamentaux. Et souvent, il arrive que des préjugés sociaux entraînent des difficultés supplémentaires.

Si vous êtes racisée, les soignants peuvent plus ou moins consciemment adopter plus facilement un ton paternaliste et présupposer que vous ne maîtrisez pas la langue ou les démarches à faire.

De la même façon, votre réflexion sur l'avenir de votre grossesse pourra être remise en cause plus facilement. On interrogera plus facilement votre connaissance des conditions matérielles nécessaires pour poursuivre la grossesse ou à l'inverse, les conséquences psychiques ou physiques possibles d'une ivg.

Ces différentes facettes des préjugés sociaux peuvent représenter plusieurs risques lors d'un suivi médical ou social concernant une grossesse imprévue.

 

Déjà, il va être difficile de faire confiance à un soignant, un travailleur social ou une équipe qui a une tendance à l'infantilisation. Comment s'assurer que les informations seront loyalement données pour faire des choix éclairés et participer activement à sa propre prise en charge ?

 

L'autre risque, etrême mais non négligeable, c'est que soient mis en place des dispositifs non adaptés à votre situation, notamment si vous souhaitez envisager une parentalité : un suivi PMI dont vous ne voulez pas, une hospitalisation après accouchement plus longue...

 

Dans ces deux cas, les professionnels peuvent alors devenir plus surveillants qu'accompagnants. A force d'appréhender un comportement ou un événement négatif, ils en imaginent des signes là où pour une personne non racisée, ils ne trouveraient rien d'anormal ou d'inquiétant.

Trouver et maintenir une prise en charge respectueuse

Poignée de main noir-blanc

Trouver les bons soignants pour démarrer une prise en charge

L'idéal est bien sûr de trouver des soignants sensibilisés aux problématiques de racisme médical, soit parce qu'ils ont été correctement formés à éviter au maximum cette dérive dangereuse, soit en raison d'un vécu plus personnel.

 

Vous pouvez dans un premier temps recourir au bouche à oreilles : vos proches et connaissances sauront peut-être vous recommander des généralistes, gynécologues ou sages-femmes dont ils ont apprécié les pratiques.

Vous n'êtes au passage absolument pas obligée de préciser pour quelle raison vous souhaitez consulter, cette information vous appartient.

 

Vous pouvez également regarder sur Gyn&co. Malheureusement le site ne parle pas explicitement des problématiques de racisme médical. Il répertorie malgré tout des soignnants en gynécologie de confiance sur plusieurs autres critères :

- Accès à l'IVG

- Ouverture aux problématiques LGBT

- Ouverture à la contraception définitive

- Attitude non grossophobe/validiste

- Adaptation du cabinet aux normes handicap

- Accueil des victimes d'agression sexuelle/viol

- Etc...

On peut espérer qu'un soignant attentif à des sujets comme la grossophobie ou les LGBTphobies sera un minimum informé sur le racisme médical.

La liste est toujours alimentée actuellement et les créatrices du blog peuvent sans doute lancer une recherche à votre demande pour des recommandations de soignants sensibilisés au racisme médical.

 

Enfin, le Planning Familial peut aussi vous indiquer des soignants de confiance. Les différentes antennes en ont parfois elles-mêmes dans leurs équipes qui proposent des consultations gynécologiques. N'hésitez pas à les solliciter !

Durant la prise en charge, comment réagir face à une attitude raciste ?

Malheureusement, il n'est pas toujours facile, voire même possible, de changer de soignant en cours de suivi. Comment se protéger des réactions et attitudes racistes quand on n'a pas vraiment le choix d'aller chercher un suivi ailleurs ?

Sachez aussi que si un soignant  refuse de vous accompagner dans des démarches pour recourir à une IVG, en avançant sa clause de conscience, il doit vous réorienter vers des confrères ou consœurs qui pourront le faire à sa place (source ICI)

Défier le racisme, un combat épuisant

Si vous êtes mal à l'aise face aux mots ou à l'attitude d'un professionnel de santé ou un travailleur social, vous avez le droit de le dire sans craindre en retour une réaction inappropriée.

Vous savez mieux que quiconque quelles sont vos attentes en venant consulter. Et pourtant, même face à un comportement ouvertement raciste, il peut être difficile de vous défendre.

 

Recadrer son interlocuteur, c'est prendre le risque de partir dans un conflit ouvert alors que vous ne vous sentez pas en position de force face à une personne qui a au moins en partie votre dossier entre les mains. Vous pouvez craindre que cela complique davantage votre suivi et vous expose à des attitudes encore plus graves ou à des soins de mauvaise qualité, ce qui peut vous mettre en danger. Cette peur est légitime.

Mais n'hésitez pas à rechercher des alliés. Qu'il s'agisse de proches, de militants associatifs ou d'autres professionnels de santé, Des gens peuvent vous soutenir psychologiquement et pourquoi pas, et vous appuyer lors d'une éventuelle confrontation ou démarche.

 

Par ailleurs, il est souvent épuisant de confronter une personne à ses actes ou propos déplacés, surtout quand on exposé en permanence de manière plus ou moins forte au racisme ou à d'autres discriminations. Se battre constamment contre une discrimination demande une énergie et des ressources parfois colossale.

C'est à vous d'estimer les forces que vous voulez investir dans votre combat. Si vous estimez que vous le pouvez ou tout simplement que c'est nécessaire, foncez ! Et là encore, n'hésitez pas à solliciter des alliés fiables, voire parfois à leur passer le relais au moins un petit temps si vous n'avez plus l'énergie de gérer.

 

Enfin, vous ne vous sentez peut-être pas légitime dans votre gêne ou votre 0colère. A force de vivre dans une société qui reconnaît mal la réalité du racisme sous ses différentes formes, on n'ose parfois plus trop protester, on en arrive à croire soi-même qu'on exagère.

 

Au fond peu importe  la (ou les) raison de votre hésitation à faire valoir vos droits auprès de soignants au mieux indélicats, au pire malveillants ou dangereux. Vous battre contre le racisme est certes difficile mais vous avez quelques armes à disposition.

Sachez aussi que si vous ne vous sentez pas du tout capable de gérer, vous n'avez pas à vous en vouloir. Ca ne devrait pas être à vous de rétablir les choses et de vous défendre, mais aux professionnels de santé de vous offrir une écoute et des soins de bonne qualité.

Comment vous défendre ?

Les démarches possibles

La première possibilité que vous avez est la discussion directe avec le professionnel en cause. Selon le degré des torts que vous avez subis, vous pouvez être plus ou moins frontale. Dans tous les cas restez factuelle autant que possible et évitez de lever le ton, cela pourrait jouer en votre défaveur. Si le recadrage direct,  ne marche pas, mieux vaut passer à un autre angle d'attaque.

Vous pouvez écrire un courrier au soignant qui a eu une attitude ou des propos inappropriés, ou au chef du service de santé  le cas échéant. N'hésitez pas à le faire en recommandé si possible, afin de pouvoir assurer une traçabilité des échanges.

 

Vous pouvez également, si le soignant fait partie d'un service, alerter un ou une de ses collègues qui vous paraîtrait plus accessible au dialogue pour essayer de laisser trace des faits auprès de quelqu'un, voire trouver un ou des alliés pour la suite.

 

Enfin, vous pouvez envoyer un courrier exposant votre situation au Défenseur des droits, qui pourra se poser en médiateur entre vous et le soignant en cause ou déposer directement une plainte auprès des différents Ordres régissant les professions de santé, qui ont un pouvoir disciplinaire sur les praticiens (Source ICI)

Trouver du soutien

Votre entourage, s'il est de confiance, peut vous épauler dans votre suivi et face à des soignants ayant des attitudes ou des propos racistes.
Ils peuvent aussi, par leur soutien, montrer à ces soignants que vous n'êtes pas isolée dans vos rapports avec eux. Cela peut, en plus de vous offrir un réconfort tout à fait justifié, freiner quelques comportements indésirables.

 

Certaines associations peuvent également vous apporter un soutien non négligeable, parce que les militants de terrain ont l'habitude de se heurter aux problématiques de maltraitance et de racisme médical. Le Planning Familial est par exemple en général bien formé à ces enjeux.

Ces associations peuvent vous fournir un support technique et psychologique mais également juridique. Et une fois encore, l'union fait souvent la force !

 

Enfin, certains professionnels de santé, parce que concernés ou simplement bien sensibilisés aux problématiques de racisme médical, peuvent également vous aider face à des confrères maltraitants.

N'hésitez pas à solliciter un médecin ou une sage-femme de confiance pour faire écran entre vous et un soignant qui vous fragilise !

Quelques ressources de documentation et de réflexion (podcasts, livres...)

La loi impose à tout médecin de donner conseils et soins sans discriminer selon, notamment les origines réelles ou supposées (source ICI). Malheureusement beaucoup de soignants n'ont pas une réelle conscience du racisme dont ils font preuve, ou ne veulent pas le regarder en face.

Il existe de nombreuses ressources sur le racisme, créées par des personnes concernées.

Vous pouvez dans un premier temps suivre sur Twitter @LEGLOBULENOIR, un groupe de soignantes racisées qui lutte contre le racisme médical (nous sommes forcément un peu partiales, une membre du collectif nous ayant aidé sur le site !)

Des podcasts comme Kiffe ta race, Better Call Marie (plus tourné vers le monde professionnel) ou Miroir Miroir peuvent aussi donner quelques bases de réflexion utiles à chacun.

Enfin, lors de nos recherches sur le sujet du racisme médical, notamment autour de la grossesse et de la maternité, on nous a également recommandé le livre de Diariatou Kebe, Maman, noire et invisible : grossesse, maternité et réflexions d'une maman noire dans un monde blanc.

 

Attention, ces ressources servent avant tout  pour vous, comme outils pour forger les armes pour vous défendre dans un suivi où vous vous sentez malmenée..

Si vos interlocuteurs vous semblent réellement accessibles au dialogue, vous pouvez partager tout ce contenu avec eux pour poser quelques bases de réflexion. Mais n'oubliez pas : le racisme ancré est très difficile à remettre en question, surtout quand on n'y a pas d'intérêt personnel.